fbpx Accompagnements de Réfugiés : Rosemarie témoigne | Aviation Sans Frontières

Accompagnements de Réfugiés : Rosemarie témoigne

Publié le 15/04/2019
Accompagnement de Réfugiés
Accompagnements de Réfugiés : Rosemarie témoigne

Le 19 février dernier, Rosemarie a accompagné la jeune Célestine de Yaoundé, au Cameroun, jusque Raleigh, aux Etats-Unis, où elle a retrouvé son père après 7 années de séparation. Une mission émouvante pour Rosemarie, qui a contribué à ce que cette famille soit réunie.

 

"La vie chaotique de cette petite fille, Célestine, a commencé alors qu’elle avait à peine 3 ans, lorsque sa famille toute entière a été déplacée dans un camp de réfugiés au Tchad. Sa mère a été signalée comme absente ou disparue. Quant à son père, celui-ci a eu la chance de partir aux États-Unis, confiant son unique enfant à sa grand-mère dans le camp de réfugiés.

 

De gauche à droite : Innocent, l'oncle de Célestine, Bernard, de l'OIM, Célestine et Rosemarie

 

Aussi déchirante soit cette séparation, son père était déterminé pour la faire venir auprès de lui dès son installation dans cette vie meilleure. Cela lui aura pris 7 années de détermination et de dur labeur pour finalement avoir le droit de faire venir sa fille. Durant ces 7 ans, ce père a eu une nouvelle maison, un bon travail, une nouvelle famille, et maintenant Célestine, pour qui une nouvelle vie va pouvoir commencer.

Pendant ma mission, j’ai essayé d’être présente pour elle, en étant attentive à ses besoins, et j’ai été étonnée par son esprit très vif. Célestine est une fille intelligente, souriante, curieuse, gourmande aussi, et qui prend les choses avec beaucoup de sérieux. Il n’aura fallu que quelques secondes pour que j’obtienne un sourire de sa part, et quel sourire irrésistible !

photo avant le départ

 

C’est une enfant adorable que j’ai accompagnée. Nos vols de Yaoundé à Paris, puis de Paris à NYC et enfin de NYC à Raleigh se sont déroulés sans encombre.

Célestine avait bon appétit, d’autant qu’elle n’était pas habituée à manger la nourriture servie à bord de l’avion. Elle a ainsi découvert le goût de différents fromages comme le camembert, le cheddar, mais aussi la vache qui rit.

Elle a découvert qu’elle aimait prendre l’avion, qu’elle n’avait pas peur de l’altitude ou encore de parler à des inconnus. Elle semblait découvrir un tas de choses nouvelles en peu de temps, dans un moment de sa vie qui était pour une fois « sans danger ».

J’ai pu me rendre compte que Célestine apprenait les choses très vite, elle a su par exemple faire fonctionner seule l’écran pour regarder les dessins animés.

J’ai également découvert qu’elle aimait actionner les robinets pour laisser l’eau s’écouler. Elle s’est lavée les mains de nombreuses fois !

Pour notre dernier trajet ensemble, nous nous sommes préparées à attendre pendant 6 heures à JFK. L’attente a été longue et ennuyeuse mais nous avons fait en sorte de nous occuper.  

 

Célestine est très sérieuse !

Célestine jouait avec d’autres enfants présents dans le hall d’embarquement, ou faisait des acrobaties. Quand elle était fatiguée, elle dessinait, faisait du coloriage, écrivait, mangeait ou alors se préparait à faire la sieste. Elle chantait aussi à voix basse.

Justin, le papa, a bondi et s’est mis à pleurer de joie quand il a vu sa fille sortir dans la zone des arrivées. Bien que Célestine fût un peu perdue, elle a serré son père dans ses bras, et son visage s’est illuminé.

Avant de nous séparer, nous nous sommes prises dans les bras l’une de l’autre une dernière fois, sur les mots d’adieu du père : « je suis si reconnaissant envers vous et votre organisation qui avez œuvré pour que ma fille me rejoigne en toute sécurité, s’il vous plait continuez à réunir les enfants auprès de leurs parents ! »

photo à l'arrivée avec Justin le papa de Célestine

Je me suis sentie submergée par la joie en réalisant que, d’une certaine manière, nous, bénévoles accompagnateurs, contribuons humainement à ce que des familles soient réunies."

Imprimer cette page
Partager cette page
Suivez-nous sur